Les irritations auriculaires

Les irritations auriculaires

Les irritations du conduit auditif externe (CAE) de l’oreille peuvent être étroitement liées à de nombreuses pathologies comme par exemple :

- L’eczéma de l’oreille externe
- La mycose de l’oreille (l’otomycose)
- L’otite externe

Elles se traduisent par des sensations de gênes et/ou de douleurs.

L’eczéma de l’oreille externe

Qu’est ce que l’eczéma de l’oreille externe ?
L’eczéma de l’oreille externe est une affection cutanée s’exprimant par des manifestations de type allergique. Les lésions dues au grattage peuvent se surinfecter, ce qui entretient les démangeaisons.

Les différentes manifestations :
La forme aiguë de l’eczéma s’apparente à une forme suintante associée à un prurit (démangeaison de la peau). Ce dernier étant favorisé par le grattage, l’usage de coton tige est vivement déconseillé : l’utilisation de solutions auriculaires en spray (comme par exemple Céruspray, dispositif médical) permettra un nettoyage efficace de l’oreille.

La forme chronique sera plus fréquente au niveau du CAE.
Elle sera caractérisée par la présence d’une peau mince et translucide ainsi que par l’absence de cérumen. Il faut noter également la présence de desquamations, favorisant la macération et ainsi les surinfections.

Conduite à tenir :

  • Ne pas gratter les lésions.
  • Le contact avec les produits allergisants concernés doit être si possible supprimé.
  • Hydrater et lubrifier ces peaux fragiles avec BloXoto, dispositif médical.
  • Bien sécher les oreilles après chaque bain.
  • N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien en cas de doute.

L’otite externe

Qu’est ce que l’otite externe ?
Il s’agit d’une infection bactérienne de la peau du conduit auditif externe.

Elle survient le plus souvent en été, suite à des bains répétés en mer ou en piscine.

Elle entraîne une vive douleur de l’oreille, exacerbée à la mobilisation du pavillon.

Comment se manifeste l’otite externe ?
Elle se traduit par une violente douleur de l’oreille, notamment à la pression du tragus et du pavillon, diffusant parfois jusqu’à la région mandibulaire et temporale.

Elle se caractérise par :

  • Une inflammation de la peau.
  • Il peut y avoir un oedème entrainant un rétrécissement du conduit et une diminution de la faculté d’audition (hypoacousie).
  • Un écoulement de liquide (otorrhée) peut survenir.

Quels sont les facteurs de risque ?
La plongée est un facteur de risque supplémentaire, de même que tout grattage du conduit auditif externe inapproprié (nettoyage répétitif avec un objet inadapté comme des allumettes, trombones, épingles à cheveux…).

Conduites à tenir :

  • Le nettoyage du conduit, à l’aide d’un spray auriculaire, sans eau de mer (comme Céruspray, dispositif médical) est effectué avec douceur.
  • Tout contact avec l’eau est fortement déconseillé.
  • Pour prévenir l’apparition d’otites externes, bien sécher les oreilles après toute baignade.
  • N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien en cas de doute.
La mycose de l’oreille ou otomycose

La mycose de l’oreille ou otomycose

La mycose de l’oreille, appelée également otomycose est une otite externe fongique (due à des champignons). Elle représente 5 à 10 % de l'ensemble des otites externes*. Elle est favorisée par un climat chaud et humide, en cela, on la contracte le plus souvent l’été.

Elle est caractérisée par un prurit (démangeaison de la peau), une douleur et une obstruction du conduit à un stade plus évolué.

Conseils d’hygiène :

Adopter une bonne hygiène de l’oreille passe par :

  • Le nettoyage soigneux du conduit à l’aide de sprays (comme Céruspray, dispositif médical).
  • L’interdiction de tout grattage.
  • L’interdiction d’introduire de l’eau.
  • Renforcer l’action de votre éventuel traitement par l’utilisation de BloXoto, dispositif médical.
  • N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien en cas de doute.